Législatives partielles dans l'Eure-et-Loire et les Hauts-de-Seine.

Publié le par prg68


La candidate du PS devance d'1% le candidat UMP
lors d' une législative partielle à CHARTRES.

vallet-frna--oise-candidate-08.pngCHARTRES: Première circonscription d' Eure-et-Loire - Election législative partielle.

La candidate du PS, Françoise Vallet a obtenu 37,97% des voix devançant le candidat UMP, Jean-Pierre Gorges qui réalise un score de 36,28% soit un peu plus d'un pour cent pour la candidate socialiste. Le candidat du Modem Eric Chevée a obtenu 18,50%, le candidat FN marginalisé à 4,18% et celui du PC à 3,08%.
Lors du scrutin de juin 2007, le candidat UMP a devancé celle du PS de 59 voix , le conseil constitutionnel avait invalidé l'élection suite à un recours de Mme Vallet.
La participation comme c'est souvent le cas lors d'élections partielles, a été assez faible , moins de 40%.
Le score du vainqueur risque d'être, cette fois encore , très serré. Réponse le dimanche 3 février 2008 pour le 2ème tour. qui sera très suivi à quelques encâblures des municipales et cantonales prochaine.

image jpg-Françoise Vallet cand PS

-------------------------------------------------------------
Le candidat UMP dans la 12ème des Hauts-de-Seine
est en tête mais le résultat pour le 2ème tour parait incertain...

 Dans la 12e circonscription des Hauts-de-Seine, au cœur d'un département-fief du président Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Schosteck (UMP) 44,59%, maire de Châtillon, en tête de 7 % sur le socialiste Philippe Kaltenbach  37,41 %). Candidat l'UMP en 2007, il obtient cependant deux points de - qu'en juin 2007, tandis que le maire socialiste de Clamart améliore son score de sept points (il avait rassemblé 30,11 % des voix au premier tour de juin). Le centriste Vincent Wehbi obtient 7,2 %, le communiste Christophe Leroy 3,61 %, le candidat d'extrême gauche Christian Hamon 3,16 % et le FN Rodolphe Laisney 3,13 %. Le 2ème tour sera très "just" et la campagne de cette semaine risque d'être très chaude.

-----------------------------------------------


Ces résultats vont  dans le sens des derniers sondages, lesquels donnent "grosso-modo" la gauche et la droite à 50/50.
On ne s'attend pas à la perte ni par l'une ni par l'autre des trois grandes villes , mais il y a des incertitudes pour la ville rose, Toulouse et peut-être, dans une moindre mesure, Strasbourg, qui pourraient basculer à gauche.

C'est probablement dans les villes moyennes que les changements pourraient être les plus significatifs et là, des chassés-croisés sont toujours possibles.

prg68

 

Publié dans Elections

Commenter cet article