Le Contrôle Populaire des Elus (CPE)

Publié le par prg68

  Revenons sur une des premières propositions de Ségolène Royal et qui est un peu passe à la trappe. Il ne s’agit pas, comme ses détracteurs ont voulu le faire croire, d’instaurer un contrôle tatillon sur les élus, ceux-ci en se présentant devant le peuple souverain, prennent leurs responsabilités et en contrepartie obtiennent  la délégation d’agir au nom de ceux qui les ont élus.

 Mais il y a aussi, dans un mandat électoral, la notion du » cheque en blanc ».Devons nous, pouvons nous, voulons nous, aujourd’hui encore, accepter ces pratiques qui peuvent faire qu’en cours de mandat  et en  dehors du « contrat électoral », un certain nombres de responsables locaux s’engagent dans des réalisations importantes, financièrement souvent lourdes. Evidemment l’argumentation est de dire qu’en fin de mandat, les électeurs approuveront ou pas.


 Mais si par hasard ils n’approuvaient pas, la réalisation serait déjà engagée ou peut être même terminée.


 Et bien voyez vous c’est là où la proposition de la candidate de gauche prends toute sa valeur, pourquoi ne pas tester cet accord, avant la réalisation du projet ….

 Il est bien évident qu’il faudrait au préalable  mettre en place une définition des types de projets soumis à ratification populaire.


 Ainsi la notion de « cheque en blanc » sortirait des paysages politiques locaux…entrainant peut être  ici ou là une moralisation  de la vie publique tellement souhaitée par nos concitoyens.

 

Francis GRADWOHL

Membre du Bureau Fédéral PRG 68

Publié dans prg68

Commenter cet article